Michelle Vian, « féministe avant la lettre », est partie rejoindre Boris

→ Article sur TV5MONDE

Extrait, Michelle Léglise Vian raconte :

« C’était la guerre, mes parents me destinaient un type affreux : il avait un ventre, il suait, mais avait demandé ma main. J’ai donc dû sortir avec lui. Il avait alors essayé de m’embrasser, c’était horrible ! Je l’ai raconté à ma mère, elle m’a dit : «Comment, il t’a embrassée, et tu ne veux pas l’épouser ? Mais tu es une cocotte !» C’est comme ça que je suis devenue une féministe avant la lettre. J’ai filé retrouver Boris, comme chaque soir, à l’École centrale. Quand je lui ai raconté tout ça, j’ai vu qu’il réfléchissait, qu’il devenait un peu sérieux. Et puis on a parlé d’autre chose. Mais en se quittant, devant le métro, il m’a dit : «Au revoir, madame Vian.» J’ai compris que c’était une demande en mariage. »