Reynaldo Hahn

« Je veux que tu sois toujours à mes côtés mais comme un dieu déguisé, qu’aucun mortel ne reconnaîtrait »

Extrait d’une lettre de Marcel Proust à Reynaldo Hahn cité ici, qui ne m’a pas donné envie de lire Marcel Proust, mais qui m’a donné envie de réécouter Reynaldo Hahn…

Ces trois morceaux sont extraits  du bon disque Satie & compagnie, par Anne Queffélec.

 

Lorsque se termine leur idylle, Marcel écrit à Reynaldo :

« Si cela nourrit votre pensée de poète et votre génie de musicien, j’aurai du moins la douceur de penser que je ne vous ai pas été inutile. »

 

https://www.francemusique.fr/musique-classique/10-petites-choses-que-vous-ne-savez-peut-etre-pas-sur-reynaldo-hahn-36278

Laisser un commentaire

Votre commentaire ne sera pas publié, il n'apparaîtra que sur votre écran, puis seul l'individu n°1671137 pourra le lire. Éventuellement, celui-ci vous répondra, en privé à l'adresse de messagerie que vous aurez inscrite. Votre adresse ne sera ni dévoilée ni vendue. Tout ce que vous laisserez ici pourra être supprimé si vous en faites la demande.

Attention à bien tout remplir *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.