Charles Cros : Liberté

Dans une soirée dans une librairie de Tulle, l’herboriste-poète Jean Maison est venu nous parler de sa rencontre avec René Char. Il y eut aussi des lectures, de René Char bien-sûr mais aussi de ce qui était, selon Jean Maison, son poème préféré, extrait du recueil Le collier de griffes de Charles Cros :

LIBERTÉ

Le vent impur des étables
Vient d’ouest, d’est, du sud, du nord.
On ne s’assied plus aux tables
Des heureux, puisqu’on est mort.

Les princesses aux beaux râbles
Offrent leurs plus doux trésors.
Mais on s’en va dans les sables
Oublié, méprisé, fort.

On peut regarder la lune
Tranquille dans le ciel noir.
Et quelle morale ?… aucune.

Je me console à vous voir,
A vous étreindre ce soir
Amie éclatante et brune.

Laisser un commentaire

Votre commentaire ne sera pas publié, il n'apparaîtra que sur votre écran, puis seul l'individu n°1671137 pourra le lire. Éventuellement, celui-ci vous répondra, en privé à l'adresse de messagerie que vous aurez inscrite. Votre adresse ne sera ni dévoilée ni vendue. Tout ce que vous laisserez ici pourra être supprimé si vous en faites la demande.

Attention à bien tout remplir *