Ici, pour une durée indéterminée mais certainement pas pour l’éternité, le citadin corrézien n°1671137 égrène.