C’est la manette d’un jeu vidéo !

Publié dans Audrey et Cristophe
Sur la place Vendôme

Sur la place Vendôme

— C’est la manette d’un jeu vidéo ! Avec on pilotait un vaisseau spatial !

— Ah oui, il fallait éviter les astéroïdes et avant de se poser tranquillement sur la base lunaire on pouvait être aspiré dans un trou noir.

— Ça n’a rien de sexuel, ils sont cons les gens !

— Excuse-moi de changer de conversation mais ça me fait penser que je n’ai pas retrouvé le plug.

— Tu ne l’as pas sur toi ?

— Je ne l’ai plus. J’ai dû l’expulser trop fort…

 

tulle-paris

 

Mais qui est Paul McCarthy, l’auteur du sapin gonflable qui ressemble à un « plug anal » ?

13 commentaires

Ô Lantoine ! Ô Brigitte !

Publié dans blabla, Chanson francophone, Ma vraie vie, ♫ Musique

Je ne suis point attiré par les clips, les images sur la musique étant très souvent superflues ; il y a bien sûr des exceptions et, en cherchant autre chose je suis tombé sur ce clip mettant en scène la chanson de Loïc Lantoine « Ne bouge pas » :

 

J’ai assisté à une partie des répétitions du spectacle « Ô Brigitte » de la Campagnie des musiques à ouïr. Initialement trio batterie et vents mais aussi à géométrie variable, la Campagnie des musiques à ouïr était là constituée de saxophone, clarinette, accordéon, harpe, la batterie du meneur-directeur-artistique Denis Charolles, et aux voix la très jeune Oriane Lacaille, et Loïc Lantoine. Le spectacle « Ô Brigitte » est une visite originale du répertoire de Brigitte Fontaine.

"Ô Brigitte", témoignage d'un spectateur

Au cours des répétitions, j’ai pu entendre « La femme à barbe » où Oriane Lacaille et Loïc Lantoine se partageaient le texte, une chanson chantée par Oriane Lacaille que je ne connaissais pas mais d’après la musique et le texte je pense qu’elle est ancienne, puis par Loïc Lantoine, « La symphonie pastorale » et pour finir « Prohibition ». Ci-dessous « Prohibition » par Brigitte Fontaine extraite de l’album du même nom. (il existe un clip mais je le trouve sans grand intérêt et ceux qui ne supportent pas la vue de Brigitte Fontaine pourront se concentrer sur le son.)

 

Trois jours après et bien qu’ayant vécu des moments forts depuis, j’ai encore des sensations, en particulier de « Prohibition » avec la voix de Loïc Lantoine et l’orchestration réinventée, c’était fabuleux ! … En cherchant sur internet, j’ai trouvé cet autre moment du spectacle, pluss intime, avec « Belle abandonnée » :

 

Le spectacle se jouait le soir-même, je ne l’ai pas vu car je devais rentrer pour mon atelier-théâtre. Bien qu’un atelier-théâtre ne se rate pas, j’ai hésité à prendre mon billet pour « Ô Brigitte »… Le lendemain on m’en parlait avec enthousiasme… Je regrette encore de ne pas avoir le don d’ubiquité… Je réécoute Loïc Lantoine que je connaissais déjà bien…

Je réécoute aussi Brigitte Fontaine mais il est temps que je ferme.

 

Les chansons de Loïc Lantoine « Je ferme » et « Ne bouge pas » sont sur son album « J’ai changé » ; on a pu les entendre en tournée longtemps avant la parution de l’album.

Le témoignage du spectateur vient du site musicaouir.fr .

4 commentaires

D’une photo commandée ratée

Publié dans blabla, Ma vraie vie

Je sortais du sous-bois où je m’étais arrêté pour vidanger ma vessie quand deux des femmes à une cinquantaine de mètres devant m’ont appelé, m’ont dit de venir vite faire une photo. Je ne fais jamais de photo sur ordre, je refuse qu’on pose devant moi, je dis « Je vous photographierai à l’improviste », mais là, que pouvait-il y avoir que je ne voyais pas après le virage ? Un chevreuil ? Un cerf ? J’ai pressé le pas mais pas pluss que je l’aurais fait pour réduire l’attente du groupe suite à mon arrêt. Je me fichais de la photo, je voulais d’abord voir ce qu’il y avait, et si il n’y avait plus, tant pis, on me raconterait. Approchant, en voyant le regard de ma comp’, j’ai néanmoins sorti l’appareil-photo de sa sacoche ; ma comp’ (compagne et complice) n’avait rien dit, j’ai vu dans son regard que ma nonchalance, que j’exagère quand on me commande quelque chose (elle le sait), cette nonchalance qui parfois l’amuse parfois l’agace, parfois la fait balancer entre l’un et l’autre, cette fois lui inspirait plutôt de l’agacement. Je crois, maintenant que j’écris car à l’instant-même je n’ai rien analysé, je crois que c’est pour stopper cet agacement que j’ai sorti et allumé l’appareil-photo avant de voir…

Après le virage, il n’y avait ni chevreuil ni cerf, il y avait quatre ânes alignés…

20141012_114742

Je ne m’étais pas rendu compte que sur l’objectif il y avait de l’eau d’une précédente averse, dommage…

18 commentaires

Des hommes et des disques, et une femme

Publié dans Audrey en liberté

Petite collection de photos trouvées sur Internet

disq1 disq2 disq3 disq4 disq5 disq6

Je vois pas qui c'est celui-là...

Je vois pas qui c’est celui-là…

disq9

15 commentaires

Heinrich Ignaz Franz Biber (1644 – 1704)

Publié dans blabla, Ma vraie vie, Musique classique, baroque, etc, ♫ Musique

Je n’apporterai pas pluss de précisions sur le personnage que ses dates de naissance et de décès, oyons Heinrich Ignaz Franz Biber…

 

J’étais sur ce billet du blog Passée des arts consacré à un festival, et pendant que j’y écoutais une musique de Biber (une autre que celle proposée ici), je me suis dit « Qu’est-ce que c’est bon Biber ! » (et si il se fut appelé Kiker, je n’eus certainement pas dit « qu’est-ce que c’est con »)… Peu de temps après, j’allais prolonger l’écoute en allant chercher cet album dans ma discothèque (on peut cliquer sur l’image pour voir pluss grand)

concert_cour_habsbourg

Concert à la cour des Habsbourg, par l’Ensemble Stravaganza. L’extrait en tête de ce billet est le premier morceau du disque, la sonate n°5 datée de 1681.

Mais, me disais-je encore, d’où me vient ce disque ? (J’aime bien me rappeler comment les disques sont arrivés dans ma discothèque.) … Ne serait-ce point du blog Passée des arts ? … Oui, j’en avais eu connaissance grâce à ce billet de février 2013, un billet au sein duquel on peut écouter un autre extrait du même disque, un autre compositeur, Johann Heinrich Schmelzer…

Pour les musiques des siècles anciens, je suis devenu pas mal, dans tous les sens de l’expression « pas mal », Passée-des-arts-dépendant ; d’autres de mes disques viennent de là-bas, ce qui ne veut pas dire que Passée des arts vend (et je crois qu’il ne perçoit aucun argent), je veux dire que c’est un blog qui donne des envies (que je ne peux pas toutes contenter hélas).

 

Billet écrit le matin du 5 octobre 2014, enregistré en brouillon pour pluss tard.

 

2 commentaires